jaimerienimparisien.blog4ever.com

J'aime rien, I'm Parisien ! Le journal d'un natural-born râleur.

J'aime pas les routes irlandaises !

 

Non mais, à quoi sont payés les ingénieurs irlandais pour nous pondre des routes aussi étroites ? C'est quand même pas l'espace qui manque dans ce pays, bordel ! Résultat : à peine passées les premières frayeurs liées au domptage d'une voiture qui a la mauvaise idée d'avoir un volant à droite et un levier de vitesse à gauche, il faut apprendre à maîtriser le croisement du véhicule d'en face. Sur l'autoroute, ça va (mais ils n'en ont pas beaucoup). Sur les nationales, ça va 60% du temps (allez, suis généreux), et sur les autres routes, c'est bien simple, y a la place pour une seule voiture ! Et pas de bol, des imbéciles décident régulièrement de voyager dans le sens inverse du vôtre - et parfois, ces imbéciles se sont tous réunis dans un énorme bus ! Une seule solution : passage en première, serrage à gauche (où souvent l'on trouve un muret en pierre peu engageant, voire pire, un fossé, quand ce n'est pas une falaise !) et zen attitude (oui parce qu'en plus, votre passagère hurle que l'on va se payer le mur/fossé/gouffre à gauche !).

 

Bon, je fais ma mauvaise tête, mais j'ai adoré mon séjour d'une petite semaine dans la verte Irlande. Alors, pour quand même rester un chouya dans le thème de mon blog, je vais faire un J'aime/J'aime Pas.


J'AIME PAS

 

- Le coucou dans lequel CityJet, pseudo filiale d'Air France, m'a fait monter pour traverser la Manche et la Mer d'Irlande !

 

- La Guinness : bon, j'ai tenté, histoire de pas mourir idiot (oui, à 32 ans, je n'avais jamais bu ce sombre breuvage !). En fait, c'était pas aussi horrible que ça, mais j'ai quand même regretté de ne pas avoir pris la half-pint...

 

- Le coupe-vent au mois de juin, pour résister à certaines journées particulièrement fraîches et à des randonnées où, à seulement 100 mètres d'altitude, on est déjà en plein dans les nuages !

 

- Dublin, qui ressemble à une grosse ville de province britannique, et où le coeur ne semble battre que dans les pubs.

 

- Les panneaux en Gaélique : un idiome qui, comment dire, ferait passer l'Islandais pour une langue prononçable ! C'est très perturbant, tous ces signes avec toutes ces lettres emmêlées, quand on cherche son chemin, surtout quand le GPS qu'on a ramené de France tombe en rade, vu que Hertz pousse la perversion, pour vous obliger à louer leur GPS à eux, à neutraliser l'allume-cigare. Bon, le GPS aura au moins eu le temps, le premier soir, de nous éviter une crise de nerfs et de nous aider à trouver l'hôtel, de nuit, à Dublin.

 

- Les crottes de mouton qui tachent mes Converse : bon, ces braves bêtes, de loin, c'est sympa, ça fait local, et tout ! Mais quand on s'aventure dans un champ de mouton, c'est plus un champ de mines... Noires et puantes !

 

- L'accent irlandais, qui nous a fait passés, du moins les premières 48 heures, pour des débutants niveau CM2 en anglais.

  

J'AIME                   

 

- L'Irish Coffee : bon apparemment, tout le monde connaît ce mélange de Whisky, de café et de crème, mais là encore, j'avoue mon ignorance, je n'avais jamais goûté cet élixir. C'est marrant, suis ni fan de Whisky, ni de crème, mais j'ai A-DO-RE ! Si bien qu'un soir de bavardage au pub avec le seigneur local, très en forme, très sympa et très porté sur la bouteille, j'en ai englouti 4... L'endormissement fut facile, mais le réveil à 3h du mat', beaucoup moins agréable !

 

- Ce côté "américain" des Irlandais : welcoming, chaleureux, et vas-y que je t'envoie des "how are you?" à tout-va dans les magasins, au ptit soin avec la clientèle... Bon, ça m'énerve assez rapidement car ça tourne vite à l'obséquieux, comme quand une des proprios d'un B&B nous sortait son "But you are very welcome" (très aigu avec le sourire ultra-bright) à chaque fois qu'on lui disait un ptit merci de rien du tout.

 

- L'Irish Breakfast : pourtant, j'ai pas faim le matin. Mais ces saucisses et ce bacon, c'était une véritable madeleine de Proust pour moi. Ca me renvoyait à mon Erasmus anglais d'il y a... longtemps ! En revanche, j'ai pas bien saisi la différence entre l'Irish et l'English Breakfast. Peut-être cet espèce de Black Pudding, un bloc solide, pas plus grand qu'un ptit carré de beurre, et au goût douteux de boudin noir... Yuuuuuck !

 

- Le Gaélique, ou l'Irish, comme ils disent ici : quoi ? Je suis en contradiction avec ce que je viens de dire plus haut ? Bah oui ! J'adore les langues, alors voir ces mots exotiques un peu partout, et les entendre à la radio ou à la télé, je kiffe. Conclusion de mon étude : ça ressemble à du néerlandais mais encore plus "craché" du fond de la gorge, et visiblement, la moitié des lettres ne se prononcent pas !

 

- La verdure, omniprésente : celle qui ressemble à mon Limousin, un peu partout dans le centre du pays, donc pas très dépaysante, mais quand même sympa. Et surtout celle des grands espaces plus escarpés, des petites montagnes et du bord des falaises. Si vous n'aimez pas le vert, l'Irlande n'est vraiment pas pour vous.

 

- Les quatre saisons en une journée, enfin surtout quand la pluie cesse au bout de dix minutes pour laisser place au soleil ! Ca marche (presque) à tous les coups.

 

- Les beaux roux. Mais j'en ai pas vus...

 

 

Conclusion, l'air de rien, l'air de l'Eire a l'air de m'avoir fait du bien !

 

ND

 



06/06/2011
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres