jaimerienimparisien.blog4ever.com

J'aime rien, I'm Parisien ! Le journal d'un natural-born râleur.

J'aime pas Sarkozy !

 

Modestement, depuis un peu plus d'un an, j'essaie, sur ce blog que je mets bien trop peu à jour, de faire de l'humour, ou tout au moins, au travers de mes coups de gueule divers et variés, de déclencher une vague esquisse de sourire chez mon bien-aimé lecteur. Mais là, alors que dans quelques heures, le pire Président de la Ve République s'apprête à annoncer sans vergogne qu'il brigue un second mandat, je trouve que l'heure est trop grave pour faire de l'humour.

 

La France a peur, comme dirait Gicquel. En tout cas, MA France a peur, et elle a mal.

 

Mal aux oreilles, depuis cinq ans, d'entendre le Président taper sur les Roms, les immigrés, les Français moins Français que les autres sous prétexte qu'ils sont musulmans, les chômeurs, les feignants, les assistés, les plus grands que lui, les plus beaux que lui... Mal aux oreilles que la charcutière de Toul vocifère de façon intempestive, quand elle ne danse pas le rock cassé avec les djeuns "populaires". Mal aux oreilles d'entendre des fautes de français toutes les cinq minutes, émanant de la bouche de ministres qui ne connaissent ni la règle de trois ni autre chose que leur nombril hypertrophié !

 

Mal au coeur, quand elle entend le sous-préfet pétainiste qui nous sert de ministre de l'Intérieur classer les civilisations, ou plutôt montrer du doigt celles qui croient en autre chose que le Christ. Mal au coeur quand les deux axes de la future campagne de Sarko II sont la lutte anti-chômeurs et anti-basanés. Mal au coeur qu'un Président de tous les Français se sente obligé de faire des clins d'oeil à la Marine et à ses électeurs. Mal au coeur que ce petit homme, en cinq ans, n'ait vraiment pas su prendre de hauteur ni la mesure de sa fonction. Mal au coeur qu'il existe encore 25% de Français prêts à voter pour lui.

 

Mal au portefeuille, car le Président qui avait promis d'aller chercher le pouvoir d'achat avec les dents, qui allait nous montrer ce que c'était que de travailler plus pour gagner plus, a tout foiré, et que mon pouvoir d'achat n'a pas augmenté d'un centime. Mais le pire, c'est que celui de la classe populaire a été réduit à peau de chagrin. Sarkozy avait juré qu'il n'y aurait plus de SDF à la fin de son supermandat. Non seulement c'est raté, mais tous les matins, je vois des dizaines de femmes et d'hommes, bien propres sur eux, armés de gants (eux savent au moins garder un semblant de dignité), se précipiter vers les poubelles géantes du supermarché de mon quartier, histoire de récupérer quelques yaourts et autres denrées certes périmées, mais encore mangeables. Eux ne sont pas SDF, soit. Ils ont un toit les bienheureux. Mais hélas pas de quoi remplir leur frigo. Ces images humiliantes et touchantes à la fois (tout se passe dans le calme : on troque un bout de poulet contre des laitages, on discute du temps qu'il fait, comme si de rien n'était...), on ne les voyait pas il y a cinq ans, et elles font mal au bilan du Président.

 

Mal au nez, enfin mal pour le nez de Sarkozy en réalité (oui, je suis capable de compassion pour cet être qui a dû beaucoup souffrir dans son enfance pour en arriver là), tellement il a dû s'allonger année après année. J'ai changé. Mon cul. C'est tout la faute de la crise internationale. Mon cul. Gandrange, je vais les sauver. Mon cul. Les sales voleurs de banquiers, je vais les calmer et réguler toute la finance mondiale. Mon cul. L'Allemagne, c'est un modèle pour l'Europe. Mon cul ! Rachida, je l'ai prise pour ses compétences. Mon cul !! J'ai encore changé. Mon cul !!!! Carlita n'a jamais fait de chirurgie. Mon cul !!!!! J'ai encore encore changé. Mon cul !!!!!!!!!!!!!!

 

Franchement, qui voudrait encore de lui pour cinq ans ? Qui peut encore croire à sa victoire, si ce n'est lui-même, Morano et peut-être Eric Besson ? Français, réveillez-vous, votez Hollande, et quand Sarkozy sortira de son Palais pour se confronter enfin à la réalité, sans 10 000 CRS et la cour de lèche-bottes pour faire barrage, le jour où sa berline franchira pour la dernière fois les grilles de l'Elysée en mai prochain, soyez-là, avec moi, pour lui crier une dernière fois : CASSE-TOI PAUV' COUILLON !                                                                                                                                              

ND 



14/02/2012
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres