jaimerienimparisien.blog4ever.com

J'aime rien, I'm Parisien ! Le journal d'un natural-born râleur.

J'aime pas Noël !

 

Bon, OK, si Papa Noël ressemblait un peu plus à ça, et non à un vieux barbu et ventru, peut-être que je kifferais Noël. Mais attendant un miracle, je déteste ça !

 

D'abord, parce que tout commence par un gros et vilain mensonge : nos parents, bien intentionnés (et visiblement peu au fait des derniers préceptes psychanalytiques) nous racontent pendant 5 à 10 ans (pour les plus pervers) une histoire à dormir debout que nous sommes censés avaler : un vieux monsieur, qui adore tellement les enfants que ça en devient presque suspicieux, passe en une soirée dans des milliards de foyers (ben oui, avec son TGV (traineau à grande vitesse) – bon, OK, promis, je ne referai plus de blague « à la Ruquier »), par la cheminée (coquin ce Père Noël, je vous dis...), pour offrir aux sages (et moins sages) bambins la dernière Barbie pouffiasse ou la dernière console sans manette qui te permet de passer pour un crétin en te dandinant comme un débile devant ta télé.

 

Jusqu'à ce qu'arrive le moment décisif : pour moi, en CE1, quand mes camarades se sont foutus allègrement de ma gueule parce que je « croyais » encore à cette histoire à dormir debout... Et là, c'est le drame : quoi ? Mes parents m'ont donc menti pendant tout ce temps ? Mais pourquoi ? La confiance était brisée, pour toujours...

 

Remarquez, y a quelques milliards de benêts à qui on arrive à faire croire toute leur vie que la Terre a été créée par un autre vieux barbu en une petite semaine, que si on se met à genoux et qu'on prie, il nous écoutera religieusement et exaucera nos vœux, que si on trompe pas trop sa femme, on pourra peut-être même accéder à son Paradis, et que si on met une capote, alors là, c'est moins sûr. Alors, évidemment, vu sous cet angle, le Père Noël a encore de beaux jours devant lui...


Bon, OK, au début, j'aimais quand même bien ça, Noël, parce qu'on a plein de cadeaux et qu'on peut faire des bêtises toute la soirée avec sa cousine préférée. Mais bon, ça, c'était y a 20 ans, quand la famille était plus ou moins unie, quand on riait sans penser aux lendemains, quand on finissait par un jeu de société prétexte à des disputes interminables (l'alcool et la mauvaise foi aidant), mais le tout dans un esprit bon enfant. Hélas, au fil des ans, les parents et les tantes divorcent, les grands-parents meurent, et on se retrouve vite à quatre à table, à écouter les mouches voler, et à se demander si celles qui s'éclatent pas le plus durant cette soirée, ce ne sont pas les huîtres qui reçoivent une giclée de vinaigre en pleine gueule (si, si, regardez, ça semble les faire réagir !). C'est à partir de là que la magie de Noël se transforme en cauchemar de Noël.

 

Et en effet, 20 ans plus tard, en 2010, c'est plutôt la double peine : d'abord, faut se coltiner le shopping dans les Grands Magasins, car ce connard de Noël a rangé son TGV au garage en fait... Quelle joie de se faire écraser les orteils par des bourgeoises qui redécouvrent alors leurs instincts primaires... Quel bonheur de faire la queue une heure pour payer, et de refaire la queue une heure pour avoir droit à un paquet cadeau bâclé par des scouts dont ce n'est visiblement pas le métier que de faire des putains de paquets cadeaux... Quelle joie de prendre un train bondé et qui aura de toute façon deux heures de retard, neige oblige... Magique, on vous dit ! Et alors, ça, c'était que la première peine. La deuxième était tombée, tel un couperet, quelques semaines plus tôt :

 

-Mamie : Ton père m'a invitée à passer Noël avec eux (sous-entendu, Belle-Maman, Ptit Frère et Papa) en République Dominicaine, c'est sympa de sa part hein ?

 

-Papa, gêné (et qui n'avait visiblement pas prévu de parler de ça...) : Euh, oui, et toi tu fais quoi à Noël, Nico ?

 

-Moi, éberlué : Euh, rien de spé, rien rien... (Bon, OK, je n'avais aucune envie de passer Noël avec Mamie, Papa, Belle-Maman et le moulin à paroles qui me sert de petit frère, mais quand même, qu'on me le propose pas ? Merde quoi !!).

 

-Mamie, quelques jours plus tard au téléphone : C'est quand même gentil que ton père m'ait proposé. Ça va me coûter cher, mais bon, faut que j'en profite, je vais bientôt mourir...

 

-Moi : c'est ça, allez, on se verra en 2011 hein...

 

Point d'orgue de ce Noël 2010 réellement magique, hier soir, un petit SMS de Papa : "Tu es peut-être sur le chemin de la messe de Minuit (il me connaît bien, ça se confirme, ou alors, il tente de l'humour, pour une fois...). Nous, nous sommes à l'apéro (rhum-coca). On pense à toi et on t'embrasse tous les quatre !"


Il est où le Père Noël, que je m'occupe de son cas ???!!

 

ND



25/12/2010
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres