jaimerienimparisien.blog4ever.com

J'aime rien, I'm Parisien ! Le journal d'un natural-born râleur.

J'aime pas les chauves !

 

C'est injuste. C'est idiot. C'est raciste. C'est mesquin. C'est purement physique, mais non, vraiment, j'aime pas les chauves !

 

Prenons le cas du Duc de Cambridge. Il était tellement beau, derrière le cercueil de Lady Teresa... Euh pardon, Lady Diana. Avec sa chevelure blonde qui volait aux vents. Une sorte de Bieber avant l'heure... Il était toujours beau quand il a rencontré la Middleton y a une dizaine d'années (est-ce que quelqu'un aurait le numéro de téléphone de son frère, à la Kate, ceci dit en passant ?). Et il était encore tout à fait potable, dans son bel uniforme rouge, en pénétrant dans Westminster.

 

Et puis la cata ! Il enlève sa casquette de maréchal d'opérette, et pouf...... Le choc. Tchernobyl. Des touffes éparses, des trous, une espèce de tête d'oeuf sous des restes de cheveux qui n'ont pas encore tout à fait décidé s'ils se barraient pour de bon ou non. Voilà, c'était la fin de mon fantasme. C'est pas Kate qui m'a piqué William, c'est l'alopécie. William, ou comment passer de sex-symbol à épouvantail pour une simple histoire capillaire !

 

Vous les filles, vous pouvez pas comprendre notre angoisse, à nous les mâââââles. Je me souviens, y a dix ans, j'avais l'impression d'avoir perdu quelques cheveux, là, sur les côtés du sommet de mon auguste crâne. Je cherchais alors vainement un peu de soutien auprès de ma connasse de coiffeuse de l'époque qui m'avait coupé un bout d'oreille lors de ma précédente visite. "Ah oui, en effet, peut-être qu'il y en a moins là ! Ca peut repousser, vous savez. Ou pas." Merci le soutien. Résultat des courses : six mois d'angoisse non-stop et de tocs de tripotage de tête dignes d'un reportage de "C'est quoi l'amour ?" !

 

Dix ans plus tard, j'ai toujours des cheveux. Ouf ! Mais j'ai eu le malheur, récemment, de prendre mon crâne en photo vu de dessus. Et là, me suis dit que j'allais y passer. Mon coiffeur du moment a heureusement su trouver les mots qu'il fallait : "Ah oui, j'avais remarqué depuis quelques mois, c'est de moins en moins épais. Mais pas de souci, y a une seule solution à votre problème, c'est d'ailleurs la seule solution : ces magnifiques comprimés à 120 euros. Une cure, et ça repart." Et en effet, 120 euros plus tard, ça a l'air d'aller (là, vous vous moquez de moi, je le sens...). Effet placebo ou pas, m'en fous, c'est le résultat qui compte. Bon, j'ai 32 ans et suis toujours pas chauve, on tient le bon bout. Enfin, au cas où, je vais prier Saint Jean-Paul II, on n'est jamais assez prudent !

 

La nature est quand même super mal faite. Elle nous laisse des poils sous les bras qui servent à rien, des poils aux jambes qui servent à rien, et pour les plus malchanceux (dont je ne fais heureusement pas partie) des poils au torse et au dos qui ne servent vraiment à rien. Sans compter ces poils dans le nez et dans les oreilles qui apparaissent avec les ans et dont la seule fonction semble être de nous faire pleurer quand on les arrache. Mais alors, sur la tête, là, c'est superflu. Allez hop, on rase gratis. Ah, Mother Nature. Motherfucking Nature, oui !

 

Bon enfin, un dernier coup de gueule. Si le sort s'acharne sur vous, par pitié, assumez. Y a rien de plus ridicule que la mèche de 2,5 m qu'on rabat sur tout le crâne et qui au moindre coup de vent vous fait passer pour un imbécile de compétition. Si, remarquez, y a plus ridicule : le postiche ou la perruque, qui se voient juste à 15 km et dont la technique de fabrication et de fixation sur la tête n'est décidément pas au point, même au 21e siècle. Et enfin, arrêtez de croire, messieurs, quand vous mettez dix photos de vous sur un site de rencontre, dix photos cadrées jusqu'au sourcils mais pas au-dessus, que vous pouvez berner les visiteurs/euses. Ce genre de cadrage à deux balles, c'est pire que si vous mettiez un panneau clignotant "J'AI PAS DE CHEVEUX ET J'AI TROP HONTE MAIS PTET QUE VOUS VOUS EN RENDREZ PAS COMPTE EN VRAI". Prenez-nous pour des buses !

 

Bon, enfin, je fais le malin, mais moi j'économise déjà des milliers d'euros pour, au cas où ça m'arrive dans quelques années, je puisse m'offrir la technique miracle qu'ils ont intérêt d'inventer d'ici là. Suis frileux du crâne, na !

 

Allez, j'arrête mes conneries pour aujourd'hui. Chauve qui peut !

 

ND



02/05/2011
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres